ayurveda france, association des professionnels de l'ayurveda en france
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER MENSUELLE !
Consulter nos newsletters
Accueil > Qu’est-ce que l’ayurveda > Chroniques > Le pouvoir guérissant de la grande nature, de la bière et des toilettes (...)

Le pouvoir guérissant de la grande nature, de la bière et des toilettes sèches ...


En fait, dans ces chroniques, ayurvédiques je m’aperçois que je raconte ma vie … mais finalement c’est ça l’ayurveda, c’est la vie , telle qu’elle se déroule, jour après jour, pleine de joie et d’enseignements. L’ayurveda c’est au quotidien, dans le vécu des moments et des heures dont nos vies sont faites. C’est dans mon quotidien que je comprends et j’intègre les magnifiques enseignements de l’Ayurveda.

Le week end dernier, j’ai eu le privilège de partir à ski de randonnée en Vanoise, à coté de chez moi . Deux amies très expertes nous emmenaient faire un sommet à ski de randonnée. Les conditions météo et nivologiques étaient excellentes pour qui étaiit suffisanmment prudent. Nous le fûmes. 1500 m de denivellé,nous attendaient, du beau temps, des zamis, et surtout la montagne, la montagne, la montagne. Comme elle peut être belle, souveraine, impériale, magique... un bain de silence et de beauté, de puissance et d’harmonie. A chaque pas, l’émerveillement !
Cet univers minéral s’il est magnifique est quand mêrme peu hospitalier : du rocher, de la glace, des parois verticales, des avalanches, du froid, de la neige, … et pourtant, quelle pureté, quelle magnificence… et quel pouvoir de guérison ! Partie le coeur un peu lourd à cause d’une mauvaise nouvelle, l’estomac un peu lourd à cause d’un repas de copains un peu copieux la veille, je me trouvai en moins d’une heure dans une légereté, une joie, une allégresse retrouvées. Malgré l’effort, malgré le froid, malgré le frottement de ma chaussure droite sur la malléole - aie aie aie je craignais l’ampoule… tout chantait en moi… comme des petites bulles de champagne céleste dans mes veines…
La beauté le disputait à la pureté, mais surtout je sentais le vent, l’air, je respirais pleinement - un peu essouflée quand la trace devenait plus pentue - mais je me fondais peu à peu dans le paysage et je laissais la nature prendre soin de moi, me soigner , me guérir … Guérir mon corps en faisant circuler l’énergie , en activant mes divers métabolismes, en impulsant et régulant des mouvements nécéssaires, en approfondissant ma respiration mais aussi soigner mon âme. J’ai pu laissé la nature me guérir du stress et des pensées négatives qui se glissent toujours insidieusement par ci par la… me guérir de la laideur, de la vulgarité, et de l’inconscience… La nature est un guérisseur de première, la nature est Le premier Guérisseur, l’ultime guérisseur. Elle nous reconnecte immédiatement à Qui nous sommes, à la force de vie qui coule en nous. Elle nous oblige aussi à prendre soin de nous : mettre un pull de plus, sortir le bonnet ou le coupe vent pour ne pas se refroidir trop, soigner sans tarder cette ampoule avant que ça ne devienne plus douloureux, faire une pause et se désaltérer pour pouvoir continuer, etc… Elle nous régénère, nous rappelle notre héritage, ravive nos pouvoirs internes de convalescence et de cicatrisation.
Un bain de nature nous ressource et nous reconnecte à nos forces innées de guérison. Marcher au bord d’une rivière, dans la campagne, dans un champ, dans une forêt, … peu importe mais être dans la nature pour une heure, quelques heures, une journée ou deux … autant de moments si simples et si bons.
Parfois en Ayurveda, il est conseillé au consultant de "prendre un bain de soleil" , d’exposer sa peau aux rayons du soleil mais aussi à l’air et au vent.

Àrrivée au refuge - Col de la Vanoise - j’étais en meilleure santé, intérieure et extérieure .. fatiguée mais heureuse, ressourcée, .. et assoiffée .. une ptite bière sans gluten prit soin de me désalterer . Ah la première gorgée de bière après l’effort … ça c’est la guérison immédiate du pur plaisir. Du coup j’avais très envie de faire pipi . Les 2 toilettes sêches disponibles pour la centaine de téméraires qui allaient affronter les cîmes le lendemain m’ont donné l’occasion d’une autre méditation sur le pouvoir guérisseur de la simplicité et de l’humilité - quand on fait la queue à 6 h du matin en compagnie de 20 autres montagnards, pour faire son petit caca dans des toilettes peu isolées et qui fonctionnent mal, ça ramène à l’essentiel…
Mais n’ayez crainte, je ne vais pas vous faire une chronique la dessus... quoique, question selles, nous en connaissons un rayon avec l’Ayurveda…

Bref… Prenons le temps d’aller dans la nature, de nous reconnecter avec l’univers, de serrer un arbre dans nos bras - il paraît que c’est tres tendance en ce moment et tant mieux - de sentir le vent sur la peau, de marcher pieds nus dans l’herbe fraîche et la rosée du matin, de regarder et humer les fleurs du printemps… à chacun son addiction ou son petit kiff de nature. Nous pourrons alors nous sentir en harmonie avec la Force de vie, avec les éléments. Nous sommes à l’unisson, cœur, corps, esprit avec le Tout. Et c’est bien ce retour à la santé profonde que nous appellons de nos voeux.

Bon printemps dans la nature

Bien à vous

Eveline Mathelet, présidente de l’association Ayurveda en France





TROUVER UN PRATICIEN
EN AYURVEDA
DANS VOTRE REGION





» Liste alphabétique


Tous les joyaux apparaissent à qui est fermement établi dans l’honnêteté.

Patanjali

Remonter