ayurveda france, association des professionnels de l'ayurveda en france
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER MENSUELLE !
Consultez nos newsletters
Accueil > Qu’est-ce que l’ayurveda > Chroniques > Le temps incertain des frémissements du printemps

Le temps incertain des frémissements du printemps


Les alliacées sont sorties de terre : ail des ours parfois déjà fleuri, cébette, aillet sur nos étals en provenance du Sud... Les violettes et les fleurs de prunellier parfument subtilement l’air, les primevères, les jonquilles et les narcisses colorent les prairies, la bardane et la consoude commencent à étirer leurs feuilles, les pâquerettes sortent de terre... Malgré l’hiver doux, la terre joue tranquillement sa petite musique de printemps. Et, même si les lamiers sont déjà passés, même si le souci a fleuri... un rythme perdure dans le désordre apparent, au risque que les fragiles floraisons rencontrent de tardives froidures.


Aussi, même si nous sommes tout le mois en Carême, une période de jeûne dont les racines sont au-delà de la religion, peut-être ne doit-il pas être trop rigoureux cette année, puisque l’hiver n’a pas apaisé les feux, que la terre n’a pas cessé de produire et que ce mois de mars s’annonce frais.

Les préparations onctueuses mais légères, éventuellement aux alliacées pour ceux qui en consomment habituellement, adouciront les flambées : béchamel, sauce à la crème, lassi même pour prévenir les irritations fréquentes en ce moment ... ou utliser les crèmes d’oléagineux. L’abondance des salades, sauvages ou cultivées, et des herbes aromatiques, ne s’est pas démentie depuis le printemps dernier, alors continuons de les utiliser : en salades, en pestos, en soupe... On oublie le sucre, éventuellement remplacé par de la réglisse ; le gras, sur la peau comme dans l’alimentation ; les épices forts en goût, les parfums trop puissants, le café, l’alcool ... et l’exposition au soleil s’il y en a, comme mes grand-mères me le répétaient il y a longtemps.

Soigner ses ouvertures pour préparer le renouveau pascal

Au moment du re-doux, peut-être après Pâques, les massages à la farine feront circuler ce qui stagne et ne peut éclore en nous. En attendant, les laits, les crèmes, le ghee Ghee Beurre clarifié lavé, le yaourt... garderont la douceur de notre peau et sa perméabilité.
Yogi Bhajan, le créateur des Yogi Teas, recommande aux femmes de se masser le corps une fois par semaine avec du yaourt fait maison, voire de se frictionner avec 4 à 5 litres de yaourt, puis d’y ajouter de l’eau chaude pour un bain où l’on reste 20mn, avant de se frictionner à nouveau, avec une serviette, au sortir de la douche, jusqu’à ce que la peau rougisse.
Le matin, le nez peut être nettoyé à l’eau salée, la langue raclée délicatement avec une cuillère ou un gratte-langue, les oreilles nettoyées à la bougie, l’éclat des yeux ravivé avec un khôl camphré.

JPEG - 126.3 ko

Comme les premières fleurs sont sorties, on peut s’engager dans des pratiques physiques plus toniques dès le matin : course ou marche tonique, accumulation de salutations au soleil, enchaînements d’art martial... sans s ’épuiser ni s’assécher.

Texte et photos : Florence Pomana
Blog : [blog.leparadis7ici.org>http://blog.leparadis7ici.org]
Site : www.latabledemelusine.fr

JPEG - 39 ko




TROUVER UN PRATICIEN
EN AYURVEDA
DANS VOTRE REGION





» Liste alphabétique


« La Conscience est la lumière qui permet à l’Intelligence de distinguer le bien du mal . »

Confusius

Remonter