ayurveda france, association des professionnels de l'ayurveda en france
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER MENSUELLE !
Consultez nos newsletters

Sea, sex and sun !


Kalimera ! *
Je rentre de plusieurs semaines en Grèce, sur l’ile d’Ithaque.
La Grèce était un vieux rêve et c’était la première fois que je m’autorisais à l’exaucer.
J’en ai ramené des sensations fortes.
Tissés dans le plaisir des vacances, beaucoup de petits enseignements vivants ont pris corps en moi.

En octobre, à Ithaque, il fait encore très beau - 26 ° tous les jours - la mer est encore chaude - baignades +++ du matin au soir - et c’est une période hors saison : peu de monde, les grecs sont tranquilles.
Est-ce uniquement pour cela que j’ai senti un regain de vitalité et de joie se déployer en moi au fil des jours ?
En « analysant » de manière ayurvédique les indices en ma possession - mon cher Watson, plusieurs facteurs me sont apparus clairement.
1/ J’ai eu l’occasion de bouger tous les jours, beaucoup plus qu’à l’accoutumée : des heures de nage, beaucoup de marches et balades quotidiennes pour rejoindre des criques sauvages, du velo tous les matins pour aller boire le café ou le soir pour aller diner dans des petits restaus sympas …et comme j’étais en van, j’étais tout le temps dehors à m’activer. Mon corps était plus qu’heureux d’être utilisé pleinement… Ce n’était pas du « sport », j’en déteste justement les contraintes, le rythme, l’obligation de performance, le caractère codifié. Non, c’était juste une vie beaucoup plus active : se mouvoir, utiliser davantage le corps pour ce pourquoi il est fait : bouger, marcher, courir, nager, …
2/ J’étais quasi en permanence au contact de l’air, du soleil, de la terre et de la mer, de l’espace… c’est ce que l’ayurveda préconise .. être au contact des 5 éléments.
En short, débardeur et tongs du matin au soir, sentir le vent et l’air, nager nue dans les vagues, se doucher dans des sources fraiches, marcher pieds nus sur les plages de galets et les rochers…
C’est comme un "reset" . Mon corps retrouvait ses repères intérieurs grâce à la connexion avec les 5 éléments extérieurs. Bien sûr on le pressent intellectuellement, mais c’est tellement bon de pouvoir le vivre pleinement …
3/ Les sens de perception étaient rassasiés eux aussi : les senteurs des cyclamens sauvages en fleur dans les balades, l’odeur de la brioche fraiche du matin, les effluves d’ail, d’épices et d’huile d’olive des bons petits plats grecs, la beauté des paysage, la contemplation sans fin de la mer, de l’eau cristalline et des lumières déja dorées d’automne, le gout suave des raisins et de la glace à la pistache, le croquant des courgettes grillées, et mille autres délices tous simples, la caresse des vagues sur la peau, la sensation juste un peu rêche de la serviette de bain, la chaleur des galets sous la plante des pieds, le moelleux des tomates et aubergines quand on les palpe pour les choisir, le son des vagues sur la grêve, la musique et le chant… J’allais de plaisirs sensoriels en plaisirs sensoriels et surtout j’avais le temps de les goûter pleinement.
4/ Il y avait aussi la joie profonde de renouer avec des plaisirs d’enfance : se jeter dans les vagues, courir , plonger, faire du feu sur la plage, pique niquer, pédaler comme une gosse sur mon petit vélo pliant, nager avec une frite..., des sensations simples et ludiques, comme à 8 ans !
Tout cela a ravivé le vivant en moi ! la Vie qui frétille dans les cellules…
Et cela me montre le chemin pour "plus de Vie dans ma vie" dans les semaines à venir - bouger beaucoup plus le corps au quotidien, se donner le temps de sentir, goûter, regarder, toucher, écouter… davantage, s’immerger encore plus souvent dans la nature - forêt, mer, rivière, campagne, montagne - , exposer le corps aux éléments, soleil, pluie, brouillard, vent .. et retrouver ce qui nous faisait vibrer enfant, …rire, jouer, sauter, courir, chanter, revenir aux plaisirs simples de l’enfance - dessiner, rire, manger du chocolat et du pain,…-… quoi que ce soit qui amène de grands sourires intérieurs et extérieurs.
Bien sûr, cela parait plus facile en vacances, ou encore l’été.. mais je crois que c’est tout à fait possible aussi dans le quotidien de nos vies et de nos weeks ends d’automne et d’hiver.
Tels sont les enseignements de ces vacances rapicolantes à Ithaque …
Bon, mais avec tout ça en Grêce, j’ai même pas gouté l’ouzo et le retsina, zut .. il va falloir que j’y retourne !!

Je vous souhaite un très joyeux et vivant mois de novembre

> Eveline Mathelet, présidente de l’association Ayurveda en France

* Bonjour en Grec





TROUVER UN PRATICIEN
EN AYURVEDA
DANS VOTRE REGION





» Liste alphabétique


Les causes de souffrance sont : la méconnaissance, l’ego, l’attachement, le rejet, la peur.

Patanjali

Remonter