ayurveda france, association des professionnels de l'ayurveda en france
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER MENSUELLE !
Consultez nos newsletters
Accueil > Qu’est-ce que l’ayurveda > Chroniques > Juin, habiter l’espace jusqu’aux éblouissements du solstice

Juin, habiter l’espace jusqu’aux éblouissements du solstice


« C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes ses haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons. »

Le dormeur du val, de Arthur Rimbaud

Sur les chemins et au bord des routes, dans les prés et les jardins, dans les bois, tout frémit, tout s’agite. Le végétal se tend vers la lumière, s’étire vers le soleil, à la conquête de l’espace, en épiaisons graciles, en floraisons colorées, et nous aussi.
Élan d’inspiration, d’expansion, de création, d’échanges : ceux de l’air dans les poumons, ceux de l’amitié, ceux de l’esprit qui se partage, se diffuse, s’ouvre, batifole comme le papillon, bourdonne d’activité incessante comme les insectes qui se multiplient, chante comme les oiseaux, danse comme les prairies... Il n’est plus temps pour les régimes et les efforts physiques, mais bien pour la douceur, qui nourrit ces envols en protégeant notre humanité.
C’est le temps privilégié de la vie de l’esprit, étirant lui aussi sa substance vers la lumière, dans une quête affairée. Les idées, et les regards, fusent, volages, s’effacent, s’échangent... Peu importe, c’est bientôt l’été, le temps des vacances. « On n’est pas sérieux »... Temps de l’inspiration libérée des contraintes, de l’adaptabilité souriante et légère, de la respiration.
Respirer le monde. Respirer au-delà du monde. Se gorger de lumière. Aux sommets, plus près du soleil. Contempler l’espace infini, être inspiré par la vision de l’immensité. Et oublier les démons d’Icare en sautant par-dessus les feux de la St-Jean, rappel à notre incarnation.

Le piquant, saveur de la saison

Quand la saveur d’une saison n’est pas naturellement présente, on peut l’ajouter dans l’alimentation. Juin, c’est le déploiement des premières aromatiques : après le thym de mai, fenouil, menthe, mélisse, sauge, verveine, origan, hysope, calament, lierre terrestre... particulièrement en terres humides ou le piquant du chaud et du sec sont moins présents. Et il semble que ce début de mois voit de l’humidité un peu partout...
S’il fait chaud et sec, on appréciera les saveurs douces, amères et astringentes qui apaiseront le feu. Préparations de céréales en brouets comme dans l’orgeat ou la soupe d’orge, infusions fraîches de camomille ou saveur subtile de branches de mélisse et de menthe laissées dans la carafe le soir, infusion d’écorces ou dilutions de vin tannique comme dans le miot qu’on apportait aux moissonneurs pour les désaltérer, ou dans la sangria espagnole, ou le vin que ma grand-mère nous diluait avec beaucoup d’eau lors des grosses chaleur, avec des tartines de pain frotté à l’ail. Vins de fleurs, qui ramèneront la transpiration, légumes juteux, céréales onctueuses et légères.
On mange chaud pour soutenir le feu digestif qui se dissipe sous la chaleur : chaud en température, mais pas en énergie, et léger. Aussi, contrairement à des habitudes bien arrêtées, le repas froid n’est pas forcément celui qui nous fera profiter le mieux des chaleurs de l’été, à moins d’être constitué d’aliments piquants et stimulants, comme la gaspacho espagnol -un peu précoce quand même (non, ce n’est pas non plus la saison des tomates !).

Juin, temps du repos souriant et enchanté

Si le soleil brille et nous grille, ou même si la pluie tombe, quelque chose en nous s’étire avec l’allongement des jours vers la manifestation, épuisant les réserves. Aussi n’est-ce pas la saison pour s’exposer au soleil, faire des pratiques demandant de l’endurance, avoir une intense activité sexuelle... mais laisser venir l’inspiration et monter l’épanouissement près du chant de l’eau, dans les berceaux de verdure, sous la générosité des futaies ruisselantes de lumière tandis que tout s’élance. Si on suit le rythme du soleil, on dort moins et on peut préserver sa chair et sa pulpe en faisant une sieste quand le soleil est à son zénith. On peut aussi manger les plus gros repas « à la fraîche », quand la température n’est pas encore ou plus à son maximum. Les massages à l’huile rappelleront au corps sa forme et délieront les tensions.
Cette saison est celle où l’on fait provision de chaleur interne, qui se manifestera à la saison froide.

Se rafraîchir dans la présence à soi-même

Bien sûr, rien de plus rafraîchissant que la présence des amis et des amours, le partage de la tendresse, la contemplation de la beauté de la nature, les soirées à chanter et à rire, l’abandon de soi, la délicatesse... mais aussi un lit couvert de pétales de roses, comme en Inde pour les fiévreux et les amoureux, une maison tenue fraîche par l’humidité des voilages parfumés, une douche des chevilles le soir à l’eau fraîche, les odeurs de fleurs comme le jasmin, le chèvrefeuille, la rose, la fleur d’oranger...
Bonne continuation à tous et toutes !





TROUVER UN PRATICIEN
EN AYURVEDA
DANS VOTRE REGION





» Liste alphabétique


« La Conscience est la lumière qui permet à l’Intelligence de distinguer le bien du mal . »

Confusius

Remonter